Paysage absorbé
6 mai 2019

J’ai pris le chemin de fer pour la première fois en France, en 2017 pour rejoindre le Programme international de résidence de l’ENSP Arles depuis Marseille. Pendant le trajet, le silence pesant et le manque d’interactions entre les passagers m’ont surpris. Une telle situation n’est pas pensable dans mon pays d’origine le Burkina-Faso où l’on s’adresse plus librement la parole dans les transports. Je me sentais seul et loin à la fois. Je regardais défiler le paysage par la fenêtre et j’observais la superposition des reflets des passagers et de l’horizon.

J’ai pris peu à peu conscience de ce que le train n’est pas seulement une machine à se mouvoir mais aussi une machine à voir, comme l’écrit Clément Chéroux dans Vues du train, vision et mobilité au XIXe siècle1 (1996) ou encore Jonathan Crary à propos des escaliers mécaniques dans Techniques de l’observateur, Vision et modernité au XIXe siècle2 (1990). Le compartiment du train m’est apparu comme une grande camera obscura à l’intérieur de laquelle nous nous tenions assis les uns à côté des autres sans oser échanger la moindre parole. J’ai réalisé que le dispositif du compartiment ferroviaire pourrait devenir un prolongement de mon appareil photographique, une sorte de studio mobile dans lequel réaliser des portraits et briser la glace pour entrer en relation avec les autres passagers.

J’ai donc décidé les mois suivants d’obtenir l’autorisation de circuler librement sur cette ligne et d’y engager un travail photographique expérimental. Je me présentais cette fois aux passagers pour expliquer ma démarche, demander l’autorisation de les photographier et revenir quelques minutes plus tard pour les photographier dans leur état d’absorbement (méditation, lecture, sommeil, écoute…). Mes photographies d’absorbement font écho à la peinture d’absorbement des peintres français du XVIIIe siècle (Chardin, Greuze…) qui figure, selon l’historien d’art Michael Fried3, des personnages ayant l’esprit ou d’autres facultés totalement captivés ou engagés dans l’oubli de toute chose extérieure à leur activité, et surtout in fine dans l’oubli du spectateur.

À travers ce projet photographique, j’ai découvert une culture différente, rencontré des personnes qui n’attendent que l’occasion de discuter, permis à mes interlocuteurs de réfléchir à notre manque de communication. Rester distant peut être une forme de respect pour l’autre, mais échanger est aussi une marque d’intérêt et d’attention envers autrui.

1 Clément Cheroux, Vues du train, vision et mobilité au XIXe siècle, revue Études photographiques, (novembre 1996), Société Française de Photographie.

2 Jonathan Crary, Techniques de l’observateur, Vision et modernité au XIXe siècle, Dehors éditions (2016). 3 Michael Fried, La Place du spectateur, Éd. du Seuil (1980).

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019

Adrien Bitibaly
Paysage absorbé
Tirage: fine art baryta satin
300gr 50×75
Arles 2017-2019